Catégories

Taux de crédit immobilier, les banques s’alignent sur la baisse du minimum

Taux de crédit immobilier, les banques s’alignent sur la baisse du minimum

Depuis plusieurs semaines, la crise sanitaire et économique provoquée par la pandémie de Covid-19 a modifié les conditions d’accès au crédit immobilier. Les banques s’alignent sur la baisse du taux Minimum Garanti, le taux le plus bas pratiqué, en le faisant passer de 1,25 % à 0,90 %. Dans cet article, nous allons voir quelles sont les conséquences de cette baisse pour les emprunteurs et les banques.

Qu’est-ce qu’un taux de crédit immobilier ?

Un taux de crédit immobilier est le taux d’intérêt annuel qu’une banque ou un autre prêteur facture pour l’octroi d’un prêt hypothécaire. Les emprunteurs doivent payer ce taux, qui comprend les coûts initiaux et les intérêts appliqués au cours de la durée du prêt. Les fournisseurs augmentent et baissent périodiquement leurs tarifs afin de maintenir une offre concurrentielle sur le marché des prêts immobiliers aux particuliers. Ces changements peuvent donc avoir un impact significatif sur le prix à court terme pour les consommateurs finaux.

A lire également : Qui décide d’accorder un prêt immobilier ?

Le taux minimum actuellement affiché par la plupart des prestataires varie entre 1% et 2,5%. Dans certains cas, il peut être plus bas que cela si l’on prend en compte certaines réductions spéciales qui sont proposées par certaines institutions bancaires ou organismes financiers. La marge entre le plus haut et le plus bas se situe généralement entre 0,2% et 0,3%. En principe, plus les conditions économiques sont favorables (hausse du niveau des salaires par exemple), moins important est ce minimum car les banques ont tendance à abaisser leurs tarifs afin de rester attractives pour conquérir de nouveaux clients.

Cependant, il convient de garder à l’esprit que chaque demandeur a sa situation personnelle unique : son profil d’emprunteur arrivera difficilement à obtenir un taux infime si celui-ci ne remplit pas divers critères particuliers (faible revenu disponible après impôts ou faibles antécédents crédit).

A lire également : Se débarrasser d'un nid de guêpes grâce à l'intervention d'un professionnel

La baisse du taux minimum : pourquoi et comment ?

Le taux de crédit immobilier est un élément clé à prendre en compte dans le cadre d’un prêt immobilier. Les banques et autres organismes financiers proposent des taux différents selon la nature du projet financé, ainsi que son montant et sa durée. Ces organismes sont généralement très flexibles pour adapter une offre à chaque emprunteur. Depuis quelques années, les baisses significatives du taux minimum ont été observés sur le marché français, ce qui peut avoir de nombreuses conséquences positives pour les acheteurs de logements neufs ou anciens. Cet article examine plus en détail l’impact des ces baisses sur le marché immobilier ainsi que les causes sous-jacentes à cette tendance actuelle.

La baisse récente des taux minimum est principalement due aux mesures politiques mises en place par l’État afin d’encourager l’investissement dans l’immobilier locatif ou habitation principale. En effet, face au risque persistant liée à la pandémie et aux incertitudes économiques qui y sont associés, il apparaît comme essentiel de pouvoir relancer efficacement le secteur du logement. Une baisse importante du taux minimum est donc une façon intéressante pour inciter encore plus d’acheteurs potentiels à investir dans un projet immobilier durable plutôt qu’à rester sur un placement plus traditionnel tel que le livret A ou autres produits sans risque avec rendements limités voire nuls.

Les principales banques concernées par la baisse des taux de crédit immobilier ont annoncé qu’elles s’aligneraient sur cette baisse.

Les nouveaux taux devraient être appliqués à compter du 1er juin 2021.

La baisse des taux d’intérêt du crédit immobilier est une bonne nouvelle pour les emprunteurs qui cherchent à acheter une propriété, car elle signifie que le coût total du prêt sera réduit ; mais pour les banques et autres établissements financiers, cela signifie un manque à gagner significatif si elles ne sont pas en mesure de s’adapter rapidement aux changements de marché. Heureusement, la plupart des principales banques françaises se sont engagées à mettre en œuvre des tarifs révisés pour leurs offres immobilières afin de rester concurrentiels et attractifs auprès des clients potentiels.

Le groupe BNP Paribas a été l’un des premiers acteurs majeurs sur ce marché à prendre la décision courageuse d’aligner son minimum général sur celui proposée par l’État – 0,20 % – le plus bas depuis 2018. Cette décision fait partie intégrante d’une stratégie visant à attirer plus largement les clients et amoindrir sa marge brute dans un contexte où les bénéfices baissent considérablement du fait de la pandémie mondiale Covid-19. Bien entendu, il existe toujours une possibilité que certains établissements financiers conservent leur politique artérielles actuels et adoptent une approche différentiâtes vis-à-vis celle vulgairement appliquée par l’ensemble dominants players..

Les conséquences positives et négatives

Le taux d’intérêt des crédits immobiliers est le principal facteur qui détermine le coût de la propriété. De nos jours, les acheteurs de maison sont encouragés par une baisse significative des taux d’intérêt sur le marché immobilier. En effet, les banques se sont récemment alignées pour abaisser leur minimum pratiqué sur ce type de financement et tendent à l’instauration de prix plus bas. Cela peut avoir un certain nombre de conséquences positives et négatives que cet article explorera en détail.

La baisse du taux minimal exigée par les banques a permis aux acheteurs immobiliers potentiels d’accueillir plus facilement un prêt hypothécaire afin d’acquitter ce qu’ils recherchent : Une propriété personnelle ou professionnelle. Les emprunteurs ont donc profitent d’un meilleur pouvoir financier car ils doivent rembourser une somme moindre au terme du prêt. Mais pas seulement : Car cette mesure bouleverse également la dynamique concurrentielle entre différents acteurs financières offrant des services similaires notamment celles proposant divers types produits destinés aux particuliers investisseurs. Ces possibilités financières supplantes impliquent généralement que chaque entité baissera son propre ratio minimal exigée, faisant pression sur sa concurrence pour rester attractive face aux clients cherchant à contracter un produit financier tel qu’une hypothèque traditionnelle ou mieux encore – Un « crédit-bail » -.

Les conséquences négatives de la pandémie de Covid-19 se sont répandues dans presque tous les secteurs et les banques n’en font pas exception.

Les répercussions sur le secteur bancaire ont été immédiates, comme en témoignent les baisses des taux hypothécaires que beaucoup d’institutions financières proposent à leurs clients.

La tendance actuelle est très favorable aux emprunteurs qui recherchent un prêt immobilier pour acheter une propriété ou rembourser une dette existante car la plupart des banques offrent maintenant des tarifs inférieurs à ceux qu’elles facturaient avant l’apparition du virus. En effet, cette situation a crée une sorte de compétition entre les principales institutions financières afin qu’elles puissent attirer autant que possible de nouveaux clients en leur promettant d’excellents taux sur le marchés.

Les raisons qui expliquent cette baisse des prix sont multiples. Les experts estiment généralement que cela est liée au fait que certaines grandes banques essaient maintenant de faire preuve plus d’empathie vis-à-vis des ménages coincés par la pandemie et ne peuvent pas payer leur dette hypothécaire à temps. Dans ce contexte, elles tentent donc de rationaliser certains processus et veulent mettre fin aux saisies immobilières afin de minimiser au maximum l’impact économique nocif causée par la crise sanitaire mondiale actuelle.

Les solutions alternatives aux taux bas

Le taux de crédit immobilier est un indicateur économique important qui influence le marché du logement. La baisse constante des taux ces dernières années a été considérée comme une bonne nouvelle par les acheteurs, mais ils doivent lutter pour obtenir le meilleur taux disponible à partir de ce minimum en baisse. Les banques sont toujours disposées à offrir plus bas que la normale aux clients prometteurs et compétitifs, mais il existe des solutions alternatives au-delà des tarifs proposés par les prêteurs traditionnels.

L’une des principales raisons pour lesquelles certaines personnes recherchent des solutions alternatives est que beaucoup ont du mal à se qualifier pour un prêt ou ne veulent pas répondre aux critères stricts imposés par certaines banques. Ces dernières exigent souvent une longue liste de documents et surtout une excellente cote de crédit afin d’accorder le meilleur taux possible. Heureusement, certaines entreprises spécialisées offrent une gamme complète de produits non garantis qui peuvent être utilisés pour financer l’achat d’une propriété et/ou rembourser un prêt hypothécaire existant sans avoir besoin de fournir autant de documents qu’un emprunteur classique aurait besoin de fournir aux banques traditionnelles.

Une autre solution alternative consiste en ce qu’on appelle communautaire Lending – un système permettant aux consommateurs approuvés ayant accès à fond propres (ceux qui financent avec leurs propres fonds) ou amical funds (ceux dont les fonds proviennent directement d’amies, parents ou tiers).

Les critères d’éligibilité pour bénéficier des taux bas

Vous devez noter que même si les taux d’intérêt sont en baisse, tous les emprunteurs ne peuvent pas bénéficier des meilleurs tarifs proposés. Les prêteurs traditionnels imposent souvent plusieurs critères stricts pour déterminer l’éligibilité à un crédit et le taux applicable.

L’un des premiers facteurs pris en compte dans la décision d’accorder un prêt immobilier est la cote de crédit du demandeur. Les personnes ayant une excellente cote de crédit ont tendance à se qualifier pour des tarifs inférieurs, tandis que celles dont la cote est moins élevée doivent faire face à des taux plus élevés ou risquent tout simplement d’être rejetées par les prêteurs.

Un autre élément clé qui peut affecter l’admissibilité au meilleur taux possible est le ratio dette/revenu (DTI). Le DTI mesure le rapport entre vos dettes mensuelles et votre revenu mensuel brut avant impôts. Si ce ratio dépasse les limites acceptables, il y a une forte chance que vous soyez considéré comme trop endetté, ce qui pourrait réduire votre admissibilité aux meilleurs tarifs immobiliers disponibles.

Les banques peuvent aussi prendre en compte l’historique professionnel du demandeur ainsi que son apport personnel lorsqu’il s’agit d’évaluer leur capacité financière globale pour rembourser un emprunt hypothécaire. Un emploi stable avec une longue période de service peut améliorer considérablement vos chances d’être approuvé avec succès pour un prêt immobilier, ainsi que d’obtenir les meilleurs taux.

Vous devez vérifier auprès des différents prêteurs les critères d’admissibilité pour être certain de vous qualifier et obtenir le meilleur taux possible. Il peut aussi être utile de travailler avec un courtier en crédit immobilier qui peut vous aider à trouver les offres les plus compétitives sur le marché et qui comprend parfaitement votre situation financière personnelle.

Les prévisions concernant l’évolution des taux de crédit immobilier dans les mois à venir

Avec la pandémie de COVID-19 qui continue d’affecter l’économie, il est difficile de prédire avec certitude quelle sera l’évolution des taux d’intérêt dans les mois à venir. Certains experts prévoient une poursuite de la tendance actuelle à la baisse.

Selon plusieurs analystes financiers, cette conjoncture économique défavorable pourrait pousser les banques centrales à maintenir des politiques monétaires accommodantes pour stimuler l’activité économique et éviter un effondrement du marché immobilier. Les banques commerciales pourraient donc continuer à offrir des taux bas sur les crédits immobiliers afin de répondre aux demandeurs toujours nombreux.

Cela ne signifie pas cependant que tous les emprunteurs auront accès aux mêmes conditions avantageuses. Comme indiqué précédemment, différents critères ont un impact significatif sur le montant du taux applicable et toutes les personnes ne peuvent pas se qualifier pour ces tarifs très attractifs.

Si vous cherchez une hypothèque ou un refinancement hypothécaire en ce moment, il peut être judicieux d’explorer vos options aussi tôt que possible car même si rien n’est garanti quant au niveau futur des taux immobiliers, on s’attend toutefois globalement à ce qu’ils restent favorables aux emprunteurs dans un avenir proche. Vous aurez ainsi plus de temps pour évaluer votre situation financière personnelle et trouver le meilleur prêteur et produit qui correspond le mieux à vos besoins spécifiques avant que la situation ne change.

Articles similaires

Lire aussi x